DAMMARIE LES LYS Autefois en cartes postales Référence : 30976DAMMARIE LES LYS Autefois en cartes postalespar HOUSSON René1978, format : 180x250m.. Product #: 30976 based on 0 reviews Regular price: $22.00 $22.00 En stock
Code produit: 30976
Disponibilité: En stock
Poids: 220.00g
Dimensions: 0.00mm x 180.00mm x 250.00mm

€22.00

Description

Référence : 30976

HOUSSON René - DAMMARIE LES LYS Autefois en cartes postales

1978, format : 180x250, 68 pages, 120 ill. broché

AVANT-PROPOS
Porte sud de Melun, à l'orée de la Forêt de Fontainebleau, s'étendant jusqu'aux bords de la Seine, DAMMARIE a une très, très grande ancienneté.
Selon Gabriel LEROY, historien melunais incontesté, c'est lors de l'introduction du christianisme dans notre région qu'un oratoire fut édifié sur l'actuelle place de l'église ; cette petite chapelle devint l'origine de la paroisse ; dédiée à la Sainte Vierge, elle en prit le nom : DAMMARIE (Dame Marie).
Bien qu'on n'en possède aucune preuve matérielle (vestiges quelconques), ni écrite, cette affirmation est très plausible ; c'est en effet lors de l'implantation de la religion chrétienne dans les campagnes gauloises, gallo-romaines, vers les Ille, IVe, Ve, VIe siècles, que des oratoires furent construits dans les hameaux pour christianiser les gens du lieu.
Celui de DAMMARIE, situé au carrefour des chemins qui menaient à Melun (Avenue Foch), à Chailly (Rue Henri Barbusse, autrefois Rue de la Fontaine), à La Rochette et à Farcy ; situé aussi à l'endroit où descendait le ru qui alimenta plus tard deux lavoirs et fit tourner deux moulins : cela correspondait aux emplacements où naissaient le plus souvent les petits villages : soit au bord d'un fleuve, d'une rivière, d'un chemin de grande communication, à proximité d'une forêt, dans une région fertile.
La situation du hameau de DAMMARIE remplissait les conditions d'implantation habituellement cherchées par les peuplades gauloises, mérovingiennes.
On peut donc bien dire que l'origine de notre ville remonte aux temps gallo-romains, et peut-être plus anciennement encore.
Une telle affirmation est encore renforcée par le fait qu'au cours des 8 premiers siècles de notre ère, Melun s'étendant progressivement sur la rive gauche de la Seine, une véritable ville s'implanta Plaine de la Varenne, jusque sur le territoire de notre commune.
Aux temps carolingiens, et notamment deuxième moitié du IXe siècle, au cours de plusieurs invasions, les barbares Normands, pirates du Nord venus par mer de Scandinavie, se répandirent dans notre région ; pillant, saccageant, brûlant tout, ils rasèrent cette ville, la faisant littéralement disparaître.
Depuis longtemps complètement oubliée, lors des fouilles faites d'abord au hasard, puis au cours de la construction de la ligne de chemin de fer, on découvrit des poteries, des armes, des bijoux, des pièces de monnaie aux effigies d'empereurs romains, mais aussi des fondations d'édifices, d'habitations, de bains publics, d'hypocaustes (fourneaux souterrains).
Tout cela témoignait de l'existence de cette ville disparue 1.000 ans plus tôt. Cela fut confirmé par la mise à jour d'une véritable et immense nécropole qui se situait entre l'avenue Jean Jaurès et la route de Fontainebleau, sur l'emplacement de la voie ferrée, de l'usine Gruber et de la Croix Saint-Jacques.
On découvrit des sarcophages, tombeaux gallo-romains, contenant parfois des vases funéraires, des médailles d'empereurs romains.
Groupés ou isolés, ces tombeaux s'étalaient parfois jusqu'au centre de Dammarie, à Farcy.

Commentaires (0)

Il n'y a aucun avis sur ce produit.
Donnez votre avis
BadExcellent
Facebook commentaire

S'abonner aux NEWSLETTERS

Recevoir tous les quinze jours, notre liste de nouveaux TITRES d'ouvrages, d'affiches, gravures, manuscrits, photos... sur la Seine-et-Marne et autres thèmes divers, sous forme de fichier PDF, à consulter en détail, avec lien direct vers l'ouvrage sur le site 77livres.fr...
facebookgoogletwitter